La Chine a tenu à le rappeler, le G20 est une réunion économique et non politique. Elle ne veut donc faire face à aucune ingérence dans sa politique intérieure, et notamment dans sa position sur le cas d’Hong Kong.

Cela a été précisé ce lundi, la Chine n’autorisera aucune discussion autour des manifestations de Hong Kong lors du G20 qui se tiendra ce vendredi au Japon. L’ancienne colonie anglaise est notamment perturbée actuellement par des manifestations considérables afin de faire front contre un nouveau projet de loi visant à autoriser les extraditions de criminels vers la Chine continentale.

Étant particulièrement sous pression, les autorités sur place ont notamment dû retirer ce projet de loi. Cependant, la contestation ne semble pas s’arrêter. Au-delà de s’opposer à ce projet de loi, il s’agit là d’un véritable et grave défi lancé directement vers le pouvoir chinois. On n’a pas vu un tel affrontement sur Hong Kong depuis 1997.

En ce qui le concerne, Donald Trump se fiche de la récente annonce de la Chine et a bien l’intention d’aborder le sujet des manifestations avec Xi Jinping, le président chinois, lors du G20. Cela a été annoncé par Mike Pompeo, son secrétaire d’État. A noter qu’un entretien entre ces deux hommes est déjà prévu, notamment afin d’aborder la guerre commerciale actuelle qui secoue ces deux puissances, ainsi que le reste du monde.

En réponse directe, Zhang Jun, le secrétaire d’État chinois aux affaires étrangères, a également tenu à préciser que le G20 devait rester une réunion gravitant autour de discussions économiques, et certainement pas politiques. Comme il l’a clairement dit « Je peux vous assurer que le G20 ne discutera pas de la question de Hong-Kong et nous ne permettrons pas qu’elle le soit ».

Toujours selon ses dires, « Les affaires d’Hong Kong​ relèvent strictement des affaires intérieures de la Chine et aucun pays étranger n’a de droit d’ingérence», a-t-il ajouté. 

Il a également profité de l’occasion pour annoncer que Pékin « travaillerait avec d’autres au G20 pour défendre fermement le multilatéralisme et un ordre commercial mondial ouvert et fondé sur des règles » et que « L’unilatéralisme et le protectionnisme ont nui à la croissance mondiale ».