Sur les deux premiers bancs de l’église, on retrouve la famille du président, avec notamment Claude Chirac, placé en coin de l’allée centrale.

Plus loin, sur un banc à droite est placé Emmanuel Macron, en compagnie de sa femme Brigitte Macron. A leurs côtés se place Edouard Philippe, ainsi que  Gérard Larcher et Richard Ferrand, les présidents des assemblées. Ces derniers sont en compagnie des anciens présidents Nicolas Sarkozy et de sa femme Carla Bruni, François Hollande, Valéry Giscard d’Estaing lui aussi accompagné de son épouse Anémone.

Pour ceux qui l’ont oublié ou qui n’ont pas connu cette époque, une rivalité assez considérable a opposé Jacques Chirac à Valéry Giscard d’Estaing. Ce dernier a notamment toujours perçu la « trahison » de son premier ministre de 1974 à 1976 comme l’élément responsable de sa défaite face à François Mitterrand lors des élections de 1981.

Du côté de Nicolas Sarkozy, on parle également de trahison. Celui-ci ayant soutenu Edouard Balladur lors des présidentielles de 1995. Un acte que Jacques Chirac ne lui pardonnera jamais.

En ce qui concerne François Hollande, il a toujours été un adversaire tenace du chef de la droite. Il a même été jusqu’à aller le défier dans son fief corrézien au cours des élections législatives de 1981. Cependant, la Corrèze les a pourtant rapprochés, ce qui a amené François Hollande à saluer le « combattant » mais également « l’humaniste qui aimait les gens ».

Derrière le banc où siège Emmanuel Macron, se tient le gouvernement, puis les anciens Premiers ministres comme Dominique de Villepin, Jean-Pierre Raffarin, Bernard Cazeneuve, Edith Cresson, ou encore Manuel Valls.

A cette cérémonie on retrouve également des purs membres de l’idéologie chiraquienne, tels que son ancien Premier ministre Alain Juppé qui l’a notamment soutenu pendant plus de 40 années de sa carrière.

En ce qui concerne l’international, on retrouve le Grand-duc du Luxembourg, le prince de Monaco, le prince d’Andorre, ou encore le roi de Jordanie. A ces derniers doivent s’ajouter le président congolais Denis Sassou-Nguesso, Bill Clinton et également Vladimir Poutine.