Le gouvernement français pourrait appeler les banques à contribuer au sauvetage d’Air France KLM s’il offre un soutien public à la compagnie aérienne en difficulté, a déclaré le ministre des finances ce jeudi.

Le gouvernement a prévu 20 milliards d’euros (21,7 milliards de dollars) pour recapitaliser (ou nationaliser si nécessaire) les grandes compagnies françaises qui ne peuvent pas se sortir seules de la crise du coronavirus et a indiqué qu’Air France est la première sur la liste.

Le site français La Tribune a depuis indiqué que le groupe cherchait à obtenir jusqu’à 10 milliards d’euros, et près de 8 milliards spécifiquement pour Air France.

Les 20 milliards d’euros de fonds de sauvetage de l’État font partie d’un ensemble plus large de mesures de sauvetage économique de 110 milliards d’euros, qui comprend également des reports d’impôts et de charges sociales et le financement de congés subventionnés par l’État.

Le gouvernement offre également des garanties d’État allant jusqu’à 90 % sur les prêts aux entreprises accordés par les banques commerciales, pour un montant total de 300 milliards d’euros. Les garanties sont plafonnées à 70 % et 80 % de la valeur des prêts pour les grands groupes dans le cadre du programme.

Le Maire a déclaré que le plan de sauvetage comprenait également un milliard d’euros pouvant être prêtés directement par l’État aux entreprises les plus fragiles qui ne peuvent obtenir de prêts bancaires et à condition qu’elles acceptent de se restructurer.

En attendant, M. Le Maire a déclaré qu’il avait demandé aux propriétaires d’annuler trois mois de loyer pour les entreprises de moins de 10 employés et a déclaré que les grandes entreprises devraient chercher à négocier des accords similaires avec leurs propriétaires.