Le G7 a notamment été l’occasion pour Emmanuel Macron de tenter de convaincre son homologue américain de ne pas mettre en place de sanctions douanières à l’égard des vins français, suite à la décision du Parlement français de taxer le chiffre d’affaires français des géants du numérique. Cette taxe prévoyant d’imposer ces grosses entreprises à hauteur de 3% de leur chiffre d’affaires dès le 1er octobre, Donald Trump s’y est donc naturellement opposé.

Pour éviter une escalade négative, Emmanuel Macron a donc supprimé une à une l’ensemble des crispations autour de cette taxe avec le président américain, lors de leur déjeuner de samedi midi. En parallèle, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a reçu son homologue américain dans sa maison de Saint-Pée-sur-Nivelle pour une réunion confidentielle afin de discuter du sujet, en compagnie du secrétaire au Trésor américain, de l’ambassadrice américaine en France, du conseiller économique du président Trump, ainsi que du représentant américain du Commerce. Au final, c’est en pleine conférence commune avec Donald Trump ce lundi qu’Emmanuel Macron a révélé que les deux parties avaient trouvé un très bon accord et un terrain d’entente. Il a également annoncé que les pays du G7 s’étaient entendus pour aboutir à un accord en 2020 par le biais de l’OCDE. Cet accord aurait pour but de mettre en place une taxe internationale, ce qui aurait pour conséquence que « Le jour où on a cette fiscalité internationale, la France supprime tout projet de taxe. (…) Et tout ce qui a été payé au titre de cette taxe sera déduit de cette taxe internationale », a déclaré Emmanuel Macron.